Faits divers

img_avis_client_1200h

Une histoire de carte grise

Aujourd’hui, je vous compte l’histoire d’un de nos lecteurs, Xavier. Une histoire un peu drôle, frustrante et loufoque. On en parle de cette façon surtout une fois qu’elle est passée, car, durant cette mésaventure, croyez bien que Xavier se tiraient les cheveux.

Cette histoire vous apprendra pourquoi Xavier aurait dû choisir un service de carte grise en ligne professionnel plutôt que de passer par le service de la préfecture.

Un simple changement de département en est la cause

Xavier, originaire de la région parisienne n’avait rien de parisien dans l’âme, trop de bruit, trop de pollution, trop de bouchons, trop de râleurs.

Quoi de mieux que de faire la rencontre de personnes qui l’ont invité à se domicilier dans notre chère région d’Anjou. Lorsqu’il décide de s’y installer pour de bon, plusieurs démarches administratives ont jalonné son exil, changement d’adresse, suivi du courrier, transfert des lignes téléphoniques, fournisseurs Internet et d’électricité, l’assurance auto et puis finalement : le changement d’adresse sur la carte grise. Xavier avait encore une ancienne plaque avec le numéro de département à la fin. Il fallait donc en plus modifier le numéro d’immatriculation.

Rendez-vous à la préfecture d’Angers

Comme la plupart des services administratifs, à l’époque, la préfecture d’Angers respecte la règle. Elle ouvre à 9h, elle est fermée pendant le déjeuner et elle referme à 16h15. Tout pour vous satisfaire d’une bonne journée de congé pour effectuer une démarche administrative dont tout le monde rêve.

Si, si, je vous vois d’ici, tout le monde est jaloux ! La chance qu’il a Xavier, il doit faire le changement de sa carte grise…

Bref, un mardi de mars (sincèrement notez bien ce mois, ça aura son importance), Xavier se rend à la préfecture d’Angers, rue des Lices aux alentours de 10h30. Première étape : l’attente. Oui Xavier prend bêtement un ticket et attend son tour. 20 bonnes minutes plus tard, son numéro est appelé. Il se rend donc au guichet, indique les raisons de sa présence et… STOP ! « Vous n’avez pas rempli le formulaire de renouvellement de carte grise pendant l’attente ? Sans formulaire, moi je peux rien faire donc vous prenez ces papiers vous les remplissez et vous revenez lorsque ce sera fait ».

Vous le sentez venir le mauvais moment ?

Transmission des documents pour la carte grise

Un petit quart d’heure passa à remplir les documents et la préfecture s’emplit de gens tout aussi heureux que Xavier d’être là.

Remplissage-formulaire-carte-grise

Après 10 minutes à attendre que le précédent guichet soit de nouveau disponible Xavier s’avança et… Hop, la personne située juste derrière la vitre s’éclipsa sans dire un mot. Il était déjà 11h30 lorsqu’il décida de reprendre un ticket, pour la forme. Vu l’affluence à cette heure, c’est 35 minutes qu’il a fallu attendre cette fois-ci.

Attente-prefecture

Xavier s’avance vers un nouveau guichet qui appelle son nouveau numéro et… Voilà. Le dossier semble complet et on commence l’enregistrement. Petit questionnement aux collègues moment du passage en revue du permis de conduire qui ne comporte pas encore la bonne adresse, ni la carte d’identité d’ailleurs. « Charline tu sais si c’est possible d’enregistrer la carte grise si l’adresse du permis est en Ile de France ? » demanda le premier, « Je ne sais pas trop, demande à Charlie, son numéro de poste c’est le 3305 »… Finalement, Charlie répond que c’est évidemment possible puisque tous les documents sont en phase de changement d’adresse.

C’était trop facile

Un rebondissement supplémentaire survient alors. Il est tant redouté et ne prévient jamais lorsqu’il frappe. Son nom est rarement prononcé, on l’appelle le BUG !

Le visage de notre fonctionnaire permet à lui-seul de comprendre ce qui est en train de se produire. Xavier réussit à percevoir le changement d’une forme de sérénité tranquille à un vent de panique dans les yeux de son interlocuteur, puis, vient un euuuuhhhh….

On le sait, dans ces moments-là, on n’est pas sorti des emmer*** !

Impossible d’enregistrer votre demande

Il est 12h20, la préfecture ferme dans 10 minutes. Hors de question donc de faire passer Xavier en urgence sur un autre guichet et puis « de toute façon, » indique Charline « tu as déjà commencé l’enregistrement donc tu ne vas pas pouvoir en relancer un autre sans forcer le système ».

Du coup, on propose à Xavier, soulagé, de garder les documents en attendant que la carte se débloque et qu’on lui enregistrera tout ça plus tard. Il peut donc aller à la caisse pour régler son dû.

Trop heureux que ça ne se soit pas si mal passé, Xavier efface de son esprit le fait que personne ne lui ait transmis de reçu. Il fait confiance.

La confiance est trahie

Plusieurs jours passent et aucune carte grise provisoire ou définitive en provenance de la préfecture ne lui parvient.

Son entourage s’inquiète pour lui et l’entraine à prendre quelques informations par téléphone. Une nouvelle fois, après quelques minutes d’attentes, il finit par entendre « qu’aucune carte grise au nom de Xavier n’est en possession de la préfecture d’Angers et qu’il n’est pas possible de garder des cartes grises sans les enregistrer au préalable ». Il évoque les conversions avec Charline, Charlie, le bug, le règlement, rien n’y fait. L’administration lui explique que si sa carte grise a bel et bien été enregistrée alors il doit la recevoir d’ici peu.

Un peu de patience !

Xavier est docile, enfin, surtout très impuissant face à la situation. Il n’a plus sa carte grise d’origine et les semaines passent l’éloignant de plus en plus d’une solution.

epuisement-administratif

Passé trois mois d’attente, la préfecture commence à évoquer au téléphone ou au guichet le problème du mois d’août qui arrive à grands pas (On est donc déjà presque au mois de juillet). Effectivement, le mois d’août on le voit arriver et le fait de vouloir partir en Espagne sans carte grise s’efface peu à peu. C’est déjà carrément problématique de rouler sans carte grise en France mais à l’étranger, psychologiquement, un blocage se produit.

Ça suffit !

Xavier commence à en avoir assez. Il va à la gendarmerie pour déclarer la perte de la carte grise par la préfecture.

Il contacte un service de carte grise en ligne et là, en 20 minutes c’était géré. Au bout d’une semaine seulement la carte grise était dans la boite à lettres et Xavier a pu partir en Espagne tranquille pour le mois d’août.

Il aura donc fallu 5 mois à la préfecture pour perdre la carte grise et 1 semaine seulement pour un service privé et indépendant de résoudre le problème.

Aujourd’hui, les préfectures ne sont plus en charge de ce type de service administratif et tout se fait en ligne via l’outil ANTS. Le problème c’est que le nombre de « Bug » n’a fait qu’exploser depuis la mise en place de ce système. C’est pourquoi de nombreuses sociétés se sont faites une spécialité de vous aider dans vos démarches.

Sur Angers, il y a Facil Immat, en face de la préfecture, Cartaplac sur le boulevard de la liberté. En ligne, le site « nouvellecartegrise.fr » permet également de faire les démarches depuis chez vous.

More from Faits divers